COMMUNIQUE DE PRESSE, LUNDI 6 MAI 2013

Suite à la plainte pour diffamation publique déposée par la direction de l’Institut d’Études Politiques de Bordeaux (IEP) sans l’avis de son Conseil d’Administration, deux étudiant.e.s ont dû se rendre à l’hôtel de Police ce lundi 6 mai 2013, entre 14 et 16 h.

Ces deux représentant.e.s syndicaux de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s, élu.e.s au Conseil d’Administration de l’IEP de Bordeaux ont reçu une convocation envoyée à l’adresse postale de l’IEP. La direction, qui est à l’origine de la plainte contre le Collectif, a ouvert ce courrier qui était pourtant adressé explicitement et strictement aux étudiant.e.s. Elle a ainsi scanné les deux convocations, les a envoyées par courrier électronique aux étudiant.e.s puis elle les a retournées par voie postale à leur adresse personnelle. Nous nous indignons de cette procédure qui bafoue la confidentialité des informations émanant de la direction départementale de la sécurité publique de la Gironde, organe du Ministère de l’Intérieur.

Dans le cadre de leur engagement syndical, ces deux étudiant.e.s soutiennent l’initiative du Collectif féministe Bordelais contre les violences sexistes et homophobes dans l’enseignement supérieur (http://www.petitions24.net/appel_a_soutien). Nous tenons à souligner qu’il et elle, ont été interrogé.e.s pendant la période de révision à quelques jours de leurs examens de fin d’année. De nombreux enseignant.e.s chercheur.e.s titulaires, élu.e.s de la République, représentant.e.s d’associations politiques et citoyen.ne.s ont signé l’appel à soutien du collectif demandant le retrait de la plainte, mais ce sont deux étudiant.e.s syndicalistes qui ont été entendu.e.s dans le cadre de l’enquête préliminaire. Cette convocation par les services de Police constitue bel et bien un acte d’intimidation visant à museler ceux et celles qui, individuellement ou via une organisation, osent dénoncer les actes et les propos sexistes et/ou homophobes.

Répondant à l’appel du Collectif féministe bordelais contre les violences sexistes dans l’enseignement supérieur, une soixantaine de personnes s’est rassemblée devant le commissariat lors des convocations, afin de soutenir les étudiant.e.s ainsi que le Collectif.

L’UNEF, le MJS, Solidaires étudiant-e-s, SUD Education, le Collectif inceste, le SNTRS-CGT, Osez le féminisme 33 et Solidaires 33 étaient présents en soutien ainsi que des individu.e.s et des militant.e.s du CLASCHES, du Collectif Bordelais pour les Droits des Femmes, du Planning familial, du NPA, du Front de gauche, de Glimpy, de l’Atelier genre et d’Efigies Bordeaux.

Au nom des 1400 signatures recueillies à ce jour dans l’appel à soutien lancé par le collectif (http://www.petitions24.net/appel_a_soutien), nous réitérons la demande de retrait de la plainte déposée par l’IEP ainsi que l’arrêt immédiat des intimidations envers les personnes soupçonnées de soutenir ou d’appartenir au Collectif féministe Bordelais contre les violences sexistes dans l’enseignement supérieur.

Par le maintien de cette plainte, la direction de l’IEP nous paraît opérer une symétrie dangereuse entre les féministes qui ont dénoncé des propos sexistes et homophobes, et les auteurs de ces propos. Or, chaque individu.e.s devrait pouvoir dénoncer haut et fort, sans craindre la répression, des propos discriminants – qu’ils relèvent du sexisme, de l’homophobie, du racisme… – proférés sur son lieu de travail ou d’étude (ou partout ailleurs).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s